Comment récupérer vos vieilles disquettes ?

La durée de rétention de l’information sur une disquette n’est pas très fameux. Il est fort peu probable qu’une disquette qui a 10 ans soit encore lisible. Si vous vous rappelez bien même neuves les disquettes étaient déjà sujettes à des erreurs de lecture/écriture. Et tout ça sans compter les disquettes qui n’étaient lisibles que dans le lecteur qui avait formaté le média.

 

Les solutions et leurs limites

 

Le problème de cette solution est que le transfert des données vers quelque chose de plus moderne est difficile : une machine supportant les lecteurs 5,25 pouces n’a généralement ni ports USB ni de possibilités de se connecter à Internet. Et récupérer les données sur un disque dur PATA, si c’est possible, n’est pas si simple.

 

Le plus simple ne saurait-il pas d’installer les 2 types de lecteur de disquette sur la vielle machine et de transférer le contenu des disquettes 51/4 sur des disquettes 31/2 puis de lire ces disquettes sur une machine moderne? (à moins d’avoir de très (très) vielles machine qui ne gèrent que le 51/4)

 

Le problème de cette solution est que le transfert des données vers quelque chose de plus moderne est difficile Comme dans le temps : kermit qui va passer par le port série. On trouve de nombreuses machines qui ont encore un port série et de très nombreuses implémentations de kermit depuis les mainframe jusqu’à windows 7.

 

Oui bon, pour celui qui veut vraiment et qui savait un peu bricoler les PC, ce n’est pas incroyablement compliqué de trouver ce qu’il faut pour lire de vieilles disquettes. Par contre, bonne chance pour relire des disquettes 31/2 … ce n’était déjà pas très fiable à l’époque où c’était considéré comme moderne. Et je ne parle même pas de ceux qui foraient un trou dans des disquettes DD de 720Ko pour mettre 1.44Mb dessus ou ceux qui stockaient des boîtes de disquettes sur ou contre leur moniteur CRT) J’ai été très surpris par contre de la durée de vie des disquettes 51/4. Bien que nettement plus anciennes que les 31/2, elles restent encore lisibles (et rapides à lire), même dans la version 1.2Mb.

 

Quand je pense que j’ai vu des trucs comme ça encore en fonctionnement il y a un peu plus de dix ans, alors que toutes les données de la salle blanche où ils étaient doivent tenir largement dans une clef usb… (dans l’industrie, depuis l’usine à été démolie d’ailleurs). Les progrès de l’informatique en une trentaine d’années, faramineux…

 

J’ai toujours des machines sous XP, j’utilise des D7 pour le boot (j’ai plusieurs lecteurs, dont un usb, que je branche si nécessaire), mais la plupart de mon vieux stock est illisible et pas reconnu ou informatable… Je ne vous raconte pas la tronche de la vendeuse la dernière fois que je suis allé rue Montgallet en acheter une boite : vous voulez des quoi?! .

 

Purée, la vieille époque où on réinstallait win95/98/Me tous les 15 jours et le rituel ! Tu sais où elle est la disquette de windows? est finie… Ça ne me manque pas trop en fait…

 

Ça fait quand même 13 ans qu’on a abandonné les disquettes, j’espère que vous n’avez pas attendu aujourd’hui avant d’en récupérer le contenu… D’un autre côté c’est encore très facile de trouver un vieux micro…

 

Et oui moi aussi ça ne me sert que pour mon Amiga 500 et mon Mac+. Comme Amiga500@guest, elles fonctionnent quasiment toute (mais je prenais de la marque).

 

C’est sûr mais je ne retrouve pas le plaisir de jouer sur la vraie machine. Mais je pense acquerir une extension CF pour mon 500 un de ces jours. Je pourrais me passer des D7 et charger mes ADF via mes machines recentes sur la carte.

 

C’est sûr mais je ne retrouve pas le plaisir de jouer sur la vrai machine. Mais je pense acquerir une extension CF pour mon 500 un de ces jours. Je pourrais me passer des D7 et charger mes ADF via mes machines recentes sur la carte.

 

Il est vrai que parfois ça me manque, quand je pense que j’avais complètement customisé et troué l’arrière du mien pour y placer un inverseur de boot pour le lecteur 51/4 externe (disquettes moins chères que les 31/2 à l’époque), un inverseur stéréo/mono (parce que parfois la pure stéréo 2×2 était lassante), un inverseur de ROM pour choisir entre les roms 1.2/1.3/1.4 que j’avais empilé les unes au-dessus des autres en redressant juste leur patte select réliée à l’inverseur, et aussi un interrupteur pour basculer le mode 7.14/14.28Mhz car j’avais acheté un module 68000 7/14Mhz, et bien sûr j’avais aussi l’extension 2Mo RAM + HDD 20Mo 🙂 me souviens même du prix de 4500FF !!!

 

Sans compter le petit lot de secours de 8520 qui claquaient régulièrement si j’avais le malheur de brancher un lecteur de disquette externe ou simplement l’imprimante lorsque l’Amiga était allumé.

 

Il y a deux boites qui sont sur des projets de 68000 avec le lecteur de CF pour Amiga 500, du multi roms et même gestion de WHDLoad. Regarde sur amigaimpact.com

 

J’avais aussi vu un gars qui vend un ensemble de condensateurs pour en remplacer certains sur la carte mère vu que leur durée de vie pour un fonctionnement nominal n’est pas illimité, au bout de 15 ou 20 ans, ils souffrent et peuvent engendrer des dysfonctionnements.

Facebook
Twitter
LinkedIn