Faire des amis avec l’ennemi (ou pas)

 

 

Il y a plus de 10 ans, j’ai passé beaucoup de temps à faire des recherches sur la linguistique de World of Warcraft pour tenter d’empêcher les autres joueurs de tuer mon personnage. Je n’aimais pas être sur un serveur JcJ, mais tous mes amis et ma famille y étaient, donc je n’étais pas près de changer. Alors, plutôt que de consacrer du temps à devenir un excellent joueur capable de se débarrasser instantanément des ennemis qui campaient mes personnages et les tuaient à plusieurs reprises dès qu’ils essayaient de faire quoi que ce soit, j’ai ouvert 2 comptes World of Warcraft, j’ai installé 2 ordinateurs et j’ai expérimenté la communication entre factions. J’espérais être capable d’éviter la mort en présentant des arguments convaincants contre le meurtre. Cela n’a pas fonctionné de cette façon, mais mon histoire est un bon moyen de démontrer le pouvoir des interactions sociales, les environnements changeants des jeux vidéo et les façons dont la personnalisation de votre jeu peut conduire à un même jeu à des expériences très différentes entre les joueurs.

 

Jouer différemment aux jeux vidéos

Lorsque nous pensons aux jeux vidéo et à la santé, nous devons nous rappeler qu’il existe différentes façons de jouer aux jeux vidéo. Même lorsque nous parlons de jeux ou de modes dans lesquels les joueurs peuvent tuer d’autres joueurs, des options existent. Nous ne sommes pas obligés de nous plier à l’idée que l’homme se fait de l’amusement. Si vous voulez être social, vous avez le choix : ne pas jouer à ce jeu ou jouer différemment. Notez par ailleurs, que vous pouvez générer un pseudo sympa avant de jouer un générateur de pseudo en ligne. 

Je soulève ce point pour souligner que les jeux vidéo offrent un nombre et un type énormes d’interactions sociales. Ils permettent aux joueurs d’utiliser leur ingéniosité pour rendre les situations sociales plus gratifiantes. Pour moi, savoir qu’il y avait des joueurs qui se réjouissaient de rendre le jeu plus difficile pour les autres était déprimant. Faire partie de cet environnement JcJ est un inconvénient certain pour certaines personnes, mais c’est un choix : si vous voulez jouer à ce jeu spécifique ou jouer au jeu de cette façon, vous choisissez un certain type de situation sociale. J’ai choisi de jouer avec des amis et de supporter la menace constante de voir mon personnage tué et toute ma progression temporairement interrompue parce qu’il était important pour moi de pouvoir passer du temps avec les gens que j’aimais pendant que je jouais. Cela m’a donné la chance de discuter en voix et par texte, de faire partie d’équipes qui ont conquis des défis difficiles et de faire des progrès clairement mesurables dans une variété d’objectifs.

 

De toute façon, tout cela est discutable maintenant, car quelques années plus tard, les règles ont été modifiées. Récemment, plutôt que d’avoir à tenter de parler le pidgin orc lorsque ma fille voulait qu’un autre joueur arrête de camper son cadavre et de tuer son personnage dès qu’il revenait à la vie, elle se connectait simplement à son personnage de la Horde et envoyait un message à cette personne pour lui demander d’arrêter. En général, cela fonctionnait pendant quelques heures. Cependant, cela ne fonctionnait pas assez bien avec le temps et elle a du changer de serveur pour un serveur qui n’autorisait pas le JcJ (ce qui n’était pas autorisé lorsque j’ai créé le dictionnaire). Enfin, tout ce problème sera supprimé dans la prochaine version de WoW, qui se débarrassera entièrement des serveurs exclusifs au PvP et fera du PvP une chose opt-in pour chaque joueur dans presque tous les types de jeu.

 

Conclusion

La recherche sur les jeux vidéo, les interactions sociales et la santé mentale est difficile, car les choses changent constamment. Ce que nous concluons sur un jeu spécifique ou un type de jeu spécifique une année peut changer. À moins que noustrouvions un moyen de faire évoluer nos recherches, nous publierons sur des choses qui ne sont plus d’actualité. 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn