Sélectionner une page

Toujours dans l’optique de se conformer aux exigences des particuliers et professionnels et de permettre à ces derniers d’avoir une longueur d’avance sur les cambrioleurs, les fabricants de systèmes d’alarme ne cessent d’innover. L’alarme connectée est ainsi le fruit de cette innovation, un dispositif de sécurité intelligent basé sur ledit système domotique. Faisons le point sur cette option plébiscitée en matière de sécurité.

Système d’alarme : une nécessite et non un luxe

Un système d’alarme est incontestablement l’un des dispositifs de sécurité les plus dissuasifs qui soient. Son installation au sein d’une habitation ou d’une entreprise apporte de sérieuses garanties de sécurité, d’autant plus lorsque le modèle sélectionné est « connecté ».

Ce système est généralement équipé d’une centrale d’alarme dont le rôle principal est le pilotage du dispositif, et s’accompagne d’une série de capteurs et détecteurs (détecteurs de mouvements, capteurs d’ouverture, de chocs…). Il se déclenche, notamment lors d’une rupture de contact entre l’un des capteurs d’ouverture et la porte, ou lorsque les détecteurs repèrent un mouvement suspect au sein de la propriété. Il émet dès lors une sirène qui dissuadera les cambrioleurs d’aller au bout leurs actes et alertera les personnes aux alentours. Pour le cas d’une alarme connectée, comme celle proposée par Verisure, au-delà de la puissante sirène qu’elle déclenchera en cas d’intrusion, elle diffusera automatiquement un message d’alerte au propriétaire, ou encore aux forces de l’ordre.

Connecté ou filaire, un système d’alarme est une nécessité et non un luxe, étant donné que les actes de cambriolages font toujours fureur dans l’Hexagone. Il ne manquera pas de surprendre les malfaiteurs, de les désorienter et de les pousser à quitter les lieux sur-le-champ.

alarme connecté

Alarme connectée : quand la domotique se met au service de la sécurité

Une alarme couplée à un système domotique s’inscrit aujourd’hui dans le concept des technologies innovantes et intelligentes. Elle permet la centralisation des commandes. Ce système d’alarme est pratiquement en mesure de verrouiller toutes les ouvertures, d’éteindre les lumières, de régler la température de chauffage et d’activer l’alarme anti-intrusion dès lors que le propriétaire quitte son domicile. Une alarme domotique est même désormais capable de simuler une présence dans l’habitation lorsque les occupants n’y sont pas, ce qui dissuadera bien sûr les malfaiteurs de passer à l’action.

En fonction des capteurs ou des détecteurs raccordés à la centrale d’alarme, la centralisation des commandes permet au dispositif d’apporter la réponse la plus adaptée aux incidents qui se présenteraient.

Par exemple, dans l’éventualité où un incendie surviendrait, le système d’alarme peut déverrouiller automatiquement les ouvertures afin de faciliter l’évacuation de la résidence. Si le système intègre des capteurs d’inondation, celui-ci peut procéder au blocage du flux d’eau dès qu’une fuite d’eau est détectée. Un autre exemple : dès que les détecteurs de mouvements ou d’ouverture repèrent un mouvement suspect, le propriétaire reçoit une alerte sur son smartphone et une communication sécurisée s’établit systématiquement avec les agents du centre de télésurveillance. Ces derniers analysent les circonstances ayant déclenché le système d’alarme et en avisent les forces de l’ordre si nécessaire. De tels détecteurs peuvent également être coordonnés avec le déclenchement des caméras de surveillance et, selon le niveau de performance que propose l’alarme domotique, déclencher à distance un brouillard anti-cambriolage.

Quoi qu’il en soit, les alarmes connectées sont plus avantageuses que leurs homologues classiques. Fiabilité, efficacité, flexibilité, évolutivité, modernité, innovation, confort d’utilisation… autant de raisons qui expliquent pourquoi elles suscitent tant la convoitise des particuliers et professionnels. À tout cela s’ajoute son installation simplifiée qui n’exige pas de travaux conséquents, mais aussi sa discrétion et son coût qui est relativement bas par rapport à celui d’un système filaire.