Les décisions en matière de big data ont un impact sur l’évaluation des entreprises – Voici comment !

Sommaires

#MD##Les décisions prises par les entreprises sur la manière d’utiliser les données peuvent avoir un impact énorme sur le succès des entreprises modernes.##/MD##
 

Alors que les entreprises numériques et plus traditionnelles deviennent de plus en plus dépendantes des données pour être compétitives dans l’économie de l’information actuelle, les données commencent à avoir un impact irréfutable sur l’évaluation et la réputation des entreprises. Les décisions prises par les entreprises sur la manière d’utiliser les données peuvent avoir un impact énorme sur le succès des entreprises modernes, ainsi que sur leur image, leur perception publique, leurs concurrents et les régulateurs.

Selon des recherches récentes, les entreprises doivent reconnaître cette nouvelle réalité dans laquelle la réputation des entreprises peut être affectée négativement par les décisions qu’elles prennent concernant les données qu’elles contrôlent. Alors que les entreprises engagent des coûts importants pour capitaliser sur les énormes quantités de données – dites Big Data – constamment générées par l’Internet des objets (IoT), les plateformes de médias sociaux, les sites Web et d’autres sources, elles doivent comprendre que leur utilisation, leur mauvaise utilisation et leur gouvernance des données peuvent avoir un impact direct sur leur fonds de commerce et leur valorisation finale.

 

I.  Comment les entreprises modernes sont valorisées

Le calcul de la valorisation d’une entreprise moderne va au-delà de la somme de ses actifs tangibles. La survaleur, un élément important de l’évaluation de toute entreprise, n’a pas de composante physique et peut être qualifiée d’actif incorporel plutôt que d’actif tangible en briques et mortier. L’évaluation du goodwill est la différence entre le prix d’achat d’une entreprise et la juste valeur marchande des actifs tangibles impliqués dans l’acquisition.

Le goodwill est composé d’éléments subjectifs tels que la réputation, la valeur de la marque d’une entreprise, les listes de clients et les interactions positives avec les clients. Puisqu’il n’y a pas de séparation entre la survaleur et l’entreprise elle-même, la survaleur n’a pas de date d’expiration et ne peut pas être vendue ou transférée séparément de l’ensemble de l’entreprise.

Les actifs incorporels dans l’environnement moderne des entreprises peuvent parfois tromper considérablement la valeur des actifs tangibles et avoir un impact crucial sur l’avenir fructueux d’une entreprise. La réputation d’une entreprise ne peut pas être traitée comme une métrique inconséquente et indéfinie, mais doit être reconnue comme une composante essentielle de l’évaluation globale d’une entreprise.

Les industries modernes allouent généralement plus de 50% du prix d’achat d’une entreprise à la survaleur. Les entreprises de l’Internet et du commerce électronique reflètent des pourcentages d’allocation encore plus élevés. En effet, un étude annuelle sur les leaders de la réputation a noté que le numéro un des 10 principales questions posées était : « Comment mesurer la valeur commerciale de l’amélioration de la réputation de notre entreprise ? ». L’étude a souligné que l’une des quatre compétences critiques nécessaires pour gérer la réputation d’une entreprise est « Intelligence & Strategy », qui présente l’analyse des Big Data à sa base et le développement d’une stratégie commerciale basée sur la recherche identifiant les opinions du public sur une entreprise.

Par conséquent, les entreprises ne peuvent aujourd’hui ignorer le risque inévitable de perdre le contrôle de leur image de marque en matière de réputation, tant au niveau interne (basé sur l’employeur) qu’externe, notamment en raison du rôle omnipotent des médias sociaux qui façonnent la perception du public à la vitesse de l’éclair.

 

II.  Valoriser les entreprises actuelles les plus dépendantes des données et les entreprises numériques en croissance constante

Selon les principes comptables généralement admis, les données n’ont aucune valeur. 

Il n’est donc pas surprenant que les données soient désormais considérées comme une composante importante de l’évaluation des entreprises modernes, en particulier pour les entreprises de médias sociaux. La survaleur est au premier rang des facteurs affectant l’évaluation, tandis que d’autres incluent le nombre d’utilisateurs, les revenus (y compris la publicité), et la capacité à capter des parts de marché. La valeur d’un utilisateur d’un site de médias sociaux constitue une « évaluation unique » dérivée de la « valeur des biens et services virtuels. » Le revenu moyen par utilisateur (« ARPU ») d’entreprises telles que Facebook, LinkedIn, Pandora et Twitter – à lire : telecharger video Twitter – est directement lié à la quantité de données que ces sites acquièrent auprès de leurs utilisateurs et conservent à leur sujet, comme la localisation, les informations relatives aux cartes de crédit, les relations et les préférences personnelles.

La traduction de l’importance des données dans l’évaluation des entreprises modernes est bien illustrée par l’introduction en bourse de Facebook – la plus grande valorisation d’ouverture pour une entreprise technologique américaine. Sa valorisation étonnante et constamment élevée est inextricablement liée à la valeur de ses utilisateurs pour les annonceurs et les entreprises, notamment en ce qui concerne la façon dont ils  » aiment « ,  » partagent  » et réagissent à diverses sources de données.

 

III.  Implications juridiques concernant l’utilisation, l’abus et la gouvernance des données

Même si les comptables considèrent le Big Data comme trop intangible pour être valorisé, il est désormais bien compris que les mésaventures liées aux données, y compris les violations de données, les violations de conformité et la mauvaise gestion peuvent générer des responsabilités très tangibles telles que des dommages, des amendes/pénalités et des coûts de stockage et de litige accrus. En outre, à la suite d’utilisations abusives ou de mésaventures en matière de données, des conseils d’administration d’entreprises ont fait l’objet de poursuites judiciaires, des cadres ont perdu leur emploi, des clients sont passés à la concurrence et des entreprises ont été inondées de mauvaise presse.

Les entreprises sont invitées à entreprendre une analyse réfléchie des problèmes juridiques et de réputation qui sont impliqués par leur utilisation potentielle des données. En fonction des données en question et de leur emplacement, une variété de lois et de règlements ont un impact sur la façon dont les entreprises collectent, stockent et utilisent les données. Ces questions sont encore plus complexes pour les entreprises multinationales. De plus, en plus des lois internationales, un patchwork de lois françaises, y compris 47 lois étatiques différentes sur la notification des violations, doit être évalué en cas de violation des données. La vente et la revente de données peuvent également déclencher diverses lois.

Même si l’utilisation prévue des données par l’entreprise est conforme à la loi, elle doit également tenir compte de la façon dont les clients et le grand public réagiront à la divulgation des pratiques de l’entreprise en matière de données. Les utilisations intrusives, non éthiques ou « glauques » peuvent avoir mauvaise presse. Par exemple, la manipulation par Facebook des fils d’actualité pour déterminer l’impact sur l’humeur des utilisateurs et la collecte par Uber de données sur les « aventures d’un soir », dans le cadre de sa recherche dite « Rides of Glory », ont fait la une des journaux. Facebook et Uber ont présenté leurs excuses à la suite du tollé général. Dans l’environnement actuel axé sur les données, il est très possible que les clients finissent par refuser de confier leurs données à des entités qui les utiliseront d’une manière qui pourrait les mettre en colère ou les embarrasser. Les entreprises d’aujourd’hui doivent s’assurer – avant d’entreprendre des projets Big Data – que leur utilisation des données est cohérente avec la façon dont elles veulent être perçues sur le marché et avec leur « marque ».

Facebook
Twitter
LinkedIn