L’IA va-t-elle étouffer la créativité ou la renforcer ?

Sommaires

L’humanité a toujours su relever les défis qui jalonnent notre parcours de développement. Nombre de ces défis ont été créés par l’humanité elle-même. Le changement climatique, le terrorisme mondial et l’inégalité économique ne sont que quelques-uns des problèmes qui figurent sur la liste actuelle des choses à faire. Ce sont tous des sous-produits de décisions passées, mais à l’heure actuelle, il existe une sphère particulière de nos vies où nos décisions actuelles auront un effet massif sur nos vies futures… l’intelligence artificielle. Je me demande quand nous cesserons de l’appeler artificielle… 

Nous sommes programmés (pardonnez le jeu de mots) pour considérer tout ce qui est technologique comme un moyen de résoudre des problèmes logiques et pratiques, mais le débat actuel est centré sur la mesure dans laquelle elle pourrait (ou devrait) se développer pour faciliter l’avenir de notre planète et sur l’impact que sa créativité acquise pourrait avoir sur nous. Lorsque nous envisageons l’avenir de l’IA et ses effets sur nos industries, ce sont souvent les emplois les plus techniques et les plus prévisibles qui seront les premiers touchés – réceptionnistes d’hôtel, chauffeurs de camion, ouvriers de fabrication. 

Nous ne voyons pas l’IA écrire le prochain disque à succès, rédiger un roman pour enfants à succès ou créer la prochaine franchise cinématographique. Pour nous, l’intelligence artificielle ne pourra jamais rivaliser avec notre créativité innée, notre façon de trouver une solution « à partir de rien ». C’est peut-être vrai pendant une période initiale, et un récent rapport de l’organisation caritative britannique Nesta, spécialisée dans l’innovation, tendrait à le confirmer, mais à plus long terme, il n’y a aucune raison réelle pour que l’IA ne puisse pas être lâchée avec une toile blanche et un esprit ouvert.

 

Le test Lovelace 2.0 – connaissez-vous Ornikar ou l’auto-école 2.0 – évalue si un ordinateur peut créer une œuvre d’art (poème, histoire ou peinture) dont les observateurs experts et impartiaux concluraient qu’elle a été produite par un être humain, et comme les entreprises du monde entier se tournent de plus en plus vers la puissance de la technologie, ce jour approche. Je parie que vous avez tous entendu parler de l’agence mondiale de marketing McCann. Eh bien, au Japon, elle a mis au point un robot d’intelligence artificielle « AI-CD β » pour l’aider à analyser les succès constitutifs des campagnes publicitaires passées et, par conséquent, l’aider à élaborer de nouvelles campagnes. Il est capable d’examiner un grand nombre d’images et de publicités, et on pourrait considérer qu’il ajoute un élément scientifique supplémentaire aux arts sombres et mystérieux de la créativité. 

Pour moi personnellement, c’est peut-être là le problème. Il se peut que l’IA ne puisse pas reproduire le génie créatif d’un Steve Jobs ou d’un Elon Musk, mais si elle peut aider les cadres moyens du monde entier à comprendre un peu plus de science derrière leurs décisions créatives, elle pourrait peut-être offrir des avantages concrets ? Le fait d’éplucher les couches de la créativité permet aux gens de mieux comprendre leur propre esprit, et je pense que nous pourrions devenir encore plus créatifs grâce à cela. Je me range donc résolument dans le camp des « améliorations », mais cela ne se produira que si nous le laissons faire. Nous ne devrions pas avoir peur de l’IA – si nous nous méfions trop du dénouement à la Terminator, nous n’en tirerons jamais tous les avantages.

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn