Marche de la mort vers le monde parallèle Rhapsody Première impression

 

De temps en temps, j’ai tendance à avoir cette envie de prendre un animé au hasard. Maintenant que ma vie est devenue très occupée, j’ai tendance à être plus sélectif quant à ce que je veux faire de mon temps. Après avoir parcouru Crunchyroll, j’ai opté pour Death March to the Parallel World Rhapsody (Death March kara Hajimaru Isekai Kyousoukyoku), un animé qui raconte l’histoire d’un gars coincé dans un autre monde, original je sais, mais c’est le genre d’anime que j’ai tendance à aimer, étant donné ma nature de joueur. Étonnamment, je me suis surpris à apprécier l’animé, malgré certains éléments que j’ai tendance à éviter si possible.

Pour vous donner un bref résumé de l’histoire

« Satou », alias Ichiro Suzuki est un programmeur en pleine marche de la mort. Il était censé faire une sieste mais se réveille dans un autre monde… Ce qui se trouve devant lui est ce qui ressemble à l’écran de menu du jeu sur lequel il travaillait avant sa sieste. Il est au stade de débutant complet, au niveau 1. Cependant, il possède trois « Meteor Showers » qui peuvent niveler une carte entière. Soudain, un groupe entier d’hommes-lézards apparaît devant lui. Pour survivre, Satou utilise la Douche Météorique, son niveau passe à 310 et il devient extrêmement riche. Qu’il s’agisse d’un rêve ou de la réalité, le voyage de Satou commençait maintenant.

Lorsque j’ai commencé l’animé, je m’attendais aux clichés typiques des anime de ce type. Pour être tout à fait franc avec vous, j’espérais que ce serait quelque chose du genre Konosuba. Au lieu de cela, j’ai eu droit à un anime qui aborde de nombreux sujets destinés aux adultes. Ichiro Suzuki, plus tard connu sous le nom de Satou, était un programmeur dans son propre monde. Il faisait des heures supplémentaires et rentrait rarement chez lui. Je ne suis pas un programmeur moi-même et je ne pouvais donc pas m’identifier à ce type d’éthique de travail, mais je pouvais m’identifier au fait d’être un adulte et cela m’effrayait un peu. J’ai toujours redouté de travailler dans un tel environnement et savoir que les développeurs au Japon se poussent à ce point, m’a donné un nouveau niveau de respect pour ces gars.

Pour faire court, il s’endort dans son bureau et se réveille dans un autre monde. Grâce à un objet qu’il a fabriqué pendant ses heures de bureau, il a rapidement battu une armée d’hommes-lézards et atteint le niveau 310. À ce moment-là, j’ai pensé que cet anime allait être ennuyeux, sachant que ce type allait être aussi OP que Kirito. D’ailleurs, il s’habille presque comme lui, ce qui, je suppose, est un hommage à SAO. Cependant, quand je pense que Satou a été développeur de jeux, ça aide un peu. De plus, Satou joue surtout le rôle de mentor et permet aux autres membres de mener certaines batailles. J’ai trouvé ce rebondissement plutôt cool.

L’histoire s’accélère progressivement et j’ai commencé à m’intéresser au monde lui-même. On nous présente immédiatement le concept d’esclavage, de discrimination envers les demi-hommes, les démons et les dragons. Au début, j’ai pensé que cet anime allait être le même type de bâton de harem « un gars, plusieurs filles », mais d’après les épisodes que j’ai vus, ce n’est vraiment pas le cas… pour l’instant. Espérons que cela restera ainsi aussi.

Conclusion, l’animé jusqu’à présent se sent comme une tranche de vie qui est quelque chose qui ne me dérange pas personnellement, mais je sens qu’il peut facilement se transformer en quelque chose de sérieux, étant donné la quantité de temps qu’ils ont touché à certains sujets sérieux. Si vous aimez la fantaisie, les animés de type MMO avec un peu de tranche de vie et d’action, alors donnez une chance à cet anime.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn