Le big data aura un impact sur la sécurité automobile à l’avenir : Inquiétudes et solutions

 

Ces dernières années, le big data semble avoir pris d’assaut le monde des affaires. Il offre un éventail toujours plus large de nouvelles sources de revenus et d’opportunités marketing. Cependant, la cybercriminalité est également en hausse et les retombées potentielles d’un piratage sont nettement plus importantes pour une entreprise qui s’appuie sur le big data, de sorte que les préoccupations de sécurité sont plus importantes que jamais.

L’un des problèmes de sécurité les plus actuels à notre époque tourne autour des voitures connectées. Avec de plus en plus de voitures autonomes fabriquées et vendues au quotidien, il est clair que les préoccupations de sécurité prennent une nouvelle direction de nos jours. Le calendrier des voitures autonomes signifie que ces voitures ne sont actuellement pas prêtes pour la route.

Cependant, les données sur leur conception, leurs caractéristiques et les résultats des tests seraient extrêmement précieuses pour les concurrents industriels. À l’avenir, à mesure que ces véhicules deviendront disponibles, il y aura davantage d’applications potentielles qui pourraient faire des entreprises automobiles de grandes cibles (testez le système d’inspection automobile Tchek !).

L’une des premières marques que l’intelligence artificielle a laissées dans l’industrie automobile a été la Chrysler Imperial de 1971, qui a été l’une des premières voitures de sa génération à inclure un système de capteurs électroniques capable de verrouiller les freins. Selon une étude la production de voitures connectées dépassera les 60 millions dans les quatre à cinq prochaines années.

Bien que ces avancées technologiques facilitent la navigation pour le conducteur ordinaire et faciliteront également de nombreux processus utilisés dans les entreprises telles que les sociétés de location, elles entraîneront également une augmentation de la cybercriminalité et laisseront l’utilisateur moyen à risque pour les menaces de sécurité potentielles.

Les grandes entreprises automobiles prennent cette question au sérieux, en menant leurs propres recherches approfondies et en renforçant les mesures de sécurité de leurs voitures. Volkswagen, par exemple, a annoncé dès septembre son intention de créer une société de cybersécurité dirigée par Yuval Diskin, l’ancien chef de l’agence de sécurité israélienne.

Plus les voitures sont connectées, plus cela augmente la complexité et la diversité des technologies impliquées dans leur fonctionnement, comme les caméras et les systèmes de radar. Pour que les véhicules disposent d’un contrôle autonome, cela signifie que leurs réponses devront être plus sophistiquées. Ils s’appuieront fortement sur la détection d’images pour pouvoir identifier et classer les objets à proximité afin d’éviter correctement les collisions et d’adapter leur régulateur de vitesse.

Lorsqu’il s’agit de fournir ce type de données et de services numériques, les voitures automatisées font appel à la communication sans fil bidirectionnelle, ce qui laisse beaucoup de place aux cyberattaques.

Des pirates informatiques de petite envergure pourraient essayer d’apprendre quand les gens sont absents de leur maison en suivant la localisation de leur voiture. D’autres pourraient récolter les données de suivi pour trouver des données potentiellement compromettantes ou essayer de les vendre à des sociétés de marketing (vendez vos créations avec Etsy !). Les utilisations criminelles des données volées sont tout aussi variées et lucratives que les utilisations légitimes.

Pour cette raison, les entreprises de toutes tailles doivent faire plus que simplement acheter de la sécurité. Elles doivent également créer un plan d’action pour savoir quoi faire si un piratage se produit, le traiter comme une catastrophe naturelle : une force imparable qui peut faire des dégâts et à laquelle vous devez vous préparer à l’avance pour en minimiser le coût. Tout comme vous faites des plans pour savoir quoi faire en cas d’ouragan, faites un plan pour le piratage.

Il semble que cette question de la sécurité des données automobiles ne soit pas seulement dans l’esprit des entreprises, mais aussi dans celui des consommateurs. Dans une enquête, il a été révélé que 70 % d’entre eux s’inquiètent de la possibilité que leur voiture soit piratée dans les cinq prochaines années, la sécurité personnelle étant leur principale préoccupation (les données personnelles volées et les informations financières se situant à des positions inférieures).

À la lumière de tout cela, le ministère américain des Transports a également publié une série de recommandations sur la sécurité des données automobiles ( connaissez-vous Ornikar ou l’auto-école 2.0 ?). Department of Transportation a également publié un ensemble de lignes directrices pour les voitures automatisées et à conduite autonome, qui comprend un certain nombre de recommandations en matière de sécurité.

Par conséquent, afin d’assurer la sécurité des conducteurs, les ingénieurs devront recourir à une stratégie de sécurité à plusieurs niveaux qui empêche les cyber-braques malveillantes et s’assurer que toute collecte de données se fait dans la plus grande transparence.

Un mélange de sécurité et de cryptage peut aider car les pirates recherchent des cibles faciles. La sécurité agit comme un élément dissuasif qui indique à tout pirate qu’il aura trop de travail pour s’introduire dans ce système. S’ils y parviennent, le cryptage rend les données qu’ils trouvent d’autant plus difficiles à utiliser.

Publié le
Catégorisé comme Web